Jérémie GRAINE, présentation.

164481_10200754961615718_1418437413_nDisons le nettement, la vie de Jérémie Graine est une tragédie, une succession de malheurs si régulière qu’elle en devient comique.   Dès sa naissance, il sent les doigts glacés, fourchus, griffus et poilus de la mort sur son tout petit cou (tout petit parce que c’est un bébé. Il ne s’agit pas d’une malformation). Les chirurgiens l’ouvrent en deux comme un poulet, posent un gros bouchon en plastique sur le trou qu’il avait dans le cœur et le condamnent ainsi à connaître la vie avec sa cohorte d’humiliations, de souffrances et de repas à la cantine scolaire. Ses parents lui donnent le nom d’une douleur physique et comme si cela ne suffisait pas pour détruire définitivement son équilibre psychologique, il obtient son bac à 14 ans.

Dans son nouveau spectacle, Jérémie Graine nous invite à une immersion dans les méandres de son inconscient torturé, à travers une galerie de personnages détraqués, sur les chemins de l’apaisement et de la réconciliation avec soi-même. Mais avec du second degré parce que se prendre au sérieux, c’est mal. Au passage, il dresse le portrait des impartiales Agences de notation si respectueuses du capital humain ou des rapports un tantinet compliqués de l’Église avec l’homosexualité.vz-d02b71f1-ec7d-4baa-85eb-0425b1b3b909

Un de ses personnages, un alter ego, certainement le plus captivant pour nous est l’acteur casté pour travailler avec le
grand Spielberg. Il nous tient le récit de tout ce qui traverse naturellement sa psyché, entre peur de vaincre et peur de décevoir, comme un compte-rendu d’une bonne tranche de psychanalyse. En filigrane on se souvient du texte de Freud[1] sur ceux qui échouent devant le succès.  J’ai compris que pour être parfait il fallait que j’accepte mon imperfection, commence-t-il pour à la fin de la scène, à la fin d’un combat imaginaire avec son double surmoïque, se confronter à cette imperfection, à ce manque là, à sa peur. Après un temps de doute où il regrette d’avoir accepté le rôle, après avoir fait le rêve d’en mourir même, il laisse ce diable en lui fondre et disparaître dans une énième tentative de le déstabiliser : Je sens ton odeur, l’odeur de la peur !

Mais Jérémie n’a pas peur, du moins pas trop, du moins pas plus que nécessaire. Pas simple. Mais Jérémie aime t’il ce qu’il clame : la simplicité?

Bio extraits

télévision

  • 2013         ZONE PARANORMALE – Jonathan Kluger – Erick Fearson
  • 2011         QUAND ON EST CAMIONNEUR -VERY BAD BLAGUES SUR DIRECT 8 – Jonathan Barré/Le Palmashow – L’homme gay
  • 2011         QUAND ON EST APÔTRE -VERY BAD BLAGUES SUR DIRECT 8 – Jonathan Barré/Le Palmashow – L’apôtre Philippe
  • 2007         BATMAN- DIFFUSÉ EN 2011 SUR DIRECT 8 (LA FOLLE HISTOIRE DU PALMASHOW) – Jonathan Barré/Le Palmashow – Le Joker
  • 2007         LE JUGE EST UN ROUX – Jonathan Barré/Le Palmashow – Le psychopate
  • court métrage
  • 2012         SPAGHETTI MAN – EVE DUFFAUD – le petit ami
  • 2012         LE SYNDROME DE LA MOUCHE – Mauro Di Flaviano – Jérémie
  • 2011         MOI, C’EST JULIEN – Kristina Wagenbauer – Julien
  • clips
  • 2011         RELAX MY BELOVED (ALEX CLARE)-CLIP OFFICIEL – Clément Deneux – L’homme

théâtre

  • 2013         TULIPOMANIA (Collectif) – Jill Christophe
  • Kulturfabrik – Luxembourg
  • 2013         JEREMIE GRAINE A L’ETROIT DANS SA TETE – Jérémie Graine – Coll. Art. Aurélie Bouquet
  • Théâtre des feux de la Rampe, Kibélé
  • 2011         LOVE (REPRÉSENTATIONS EXCEPTIONNELLES) (Murray Schisgal) – J.Boyé
  • Ciné 13, Vingtième Théâtre
  • 2011-2010 LE BOURGEOIS GENTILHOMME – (Molière) – D. Leduc
  • Théâtre Comedia,Théâtre de Paris, Porte St Martin
  • 2011-2010 IL ETAIT UNE FOIS… ET APRES : (Mehdi Dumondel) – V.Sanchez

Tournées

  • 2009-2008 LES FOURBERIES DE SCAPIN (Molière) – Patrick Bricard
  • Théâtre du Gymnase
  • 2009-2008 LE DIABLE EN PARTAGE (F.Melquiot) – J.Boyé
  • Théâtre de Vanves, théâtre 12, Espace Icare
  • 2007         ISABEL AU BOIS DORMANT (Christian Grau-Steff) – C.Simon
  • Théâtre du Gymnase
  • 2007-2004 LE CAFE DES JOURS HEUREUX (J.Boyé) – J.Boyé
  • La Voix Off (Prix d’interprétation au festival de Maisons-Laffitte)
  • Théâtre 13 ; Théâtre du Roseau : Festivals
  • 2007-2006 LES FOURBERIE DE SCAPIN (Molière) – R-A.Albaladejo
  • Sudden théâtre, Lucernaire
  • 2007-2006 LE SONGE D’UNE NUIT D’ETE (Shakespeare) – J.Milo-Chasseigne
  • Sudden théâtre

________________________________________________________

[1]  » Quelques types de caractère dégagés par la psychanalyse  »  Sigmund Freud, traduit de l’Allemand par Marie Bonaparte et Mme E. Marty, 1933

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s