Théâtre

Galin Stoev s’attaque à Oncle Vania à l’Odéon – Théâtre de l’Europe

Après avoir révélé dans La Double Inconstance de Marivaux une noirceur toute contemporaine, Galin Stoev met à l’Odéon-Théâtre de l’Europe la chorégraphie émotionnelle d’Oncle Vania d’Anton Tchekhov de plain-pied avec notre époque.

Planté dans l’actuel

La pièce est une tragédie classique. Sonia, la fille du professeur et de sa première femme, exploite le domaine avec son oncle Vania. Elle est laide et se languit de solitude. Elle est amoureuse secrètement et sans espoir du docteur Astrov qui aime la femme du professeur à la retraite, la belle et jeune Elena. La pièce raconte le fin du séjour d’été mouvementé du professeur Sérébriakov et de sa jeune épouse chez leur beau-frère Vania. Elle se double d’un drame écologique étrangement actuel. Les querelles de famille, les vieilles rancœurs et les désespoirs amers vont se détricoter devant nous sur fond d’adultère et de tentative d’assassinat dans une pièce que l’auteur voulait toutefois être une comédie. Personne ici ne s’illusionne sur ses propres sentiments, ni sur ceux de la personne aimée. Tous sont coincés dans une impasse à la pliure justement entre la tragédie et la comédie bourgeoise. Galin Stoev, dans une nouvelle traduction et par une mise en scène moderne restitue admirablement cet équivoque intemporelle et éternelle ; il sait aussi nous faire vibrer de ce qui signe notre époque : un terrible silence des émotions percuté parfois par des fulgurances d’épanchements qui chaque fois se ratent.

Une interprétation haut de gamme

Il fallait des comédiens hors pair pour rendre compte du rire et du drame. Il fallait des comédiens intenses pour faire vivre ces personnages qui s’étalent dans l’enlisement d’une vie crasseuse, répétitive et sans intérêt. La troupe est formidable. En particulier Andrzej Seweryn (sociétaire honoraire de la Comédie-Française) qui interprète Sérébriakov mais aussi Suliane Brahim (sociétaire de la Comédie-Française) qui incarne une authentique et émouvante Elena ; aussi Caroline Chaniolleau en une dynamique Maria Vassilievna ; Sébastien Eveno en Vania maladroit ; Catherine Ferran (sociétaire honoraire de la Comédie-Française) campe la Nounou bonhomme ; Cyril Gueï, merveilleux acteur, invente un Astrov de légende tandis que Côme Paillard joue un inoubliable et drolatique Gaufrette . Enfin Marie Razafindrakoto réussit avec brio son attachante Sonia.

Le plaisir du spectateur est certainement dans cette qualité de jeu qui sait incarner tout en décalant les émotions ; qui sait jouer les faux semblants et le vertige de la condition humaine.

Oncle Vania d’Anton Tchekhov

mise en scène Galin Stoev

création 2023 durée 2h25

du 2 – 26 février

Odéon 6e

Crédit photo © Marie Liebig

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s